Que doit-on manger ? Nourriture biologique contre Nourriture industrielle

Il nous arrive rarement de se demander sur l’origine de ce qu’on mange. Si vous prenez l’exemple de la dernière chose que vous avez mangé. Savez-vous d’où elle vient?

Nourriture biologique contre Nourriture industrielle

La réponse est NON. Les aliments que vous achetez dans des surfaces ou que vous mangez dans les restaurants ont subit une vaste transformation industriel, une chaîne dans laquelle évolue la nourriture de son origine, depuis son état primaire jusqu’à devenir un produit fini qui atterrit sur votre assiette. Certains aliments, n’auront pas été modifié beaucoup de leur état naturel. D’autres, ne se distinguent guère de leurs formes végétales et animales d’origine.

 

Nous nous sommes bien égaré si loin, de nos origines de chasseurs-cueilleurs. L’évolution de l’industrie alimentaire moderne peut être attribuée principalement à la révolution industrielle, avec l’avènement des engrais de synthèse après l’identification du rôle de l’azote, le potassium et le phosphore dans la croissance des plantes. Ces engrais ont été autorisés au départ pour la culture du maïs pour être cultivés à moindre coût et en grandes quantités. Les antibiotiques, les vaccins et les pesticides synthétiques s’y succèdent, permettant ainsi aux agriculteurs industriels de ne pas perdre  leurs cultures suite aux maladies ou aux insectes . Enfin, l’évolution de la logistique de transport a amplifié la grande distribution partout dans le monde.

 

La plupart des aliments que nous mangeons aujourd’hui sont traitées avec des conservateurs ajoutés pour prolonger la durée de vie ainsi que les sucres ajoutés, le sel et les graisses pour créer ou améliorer la saveur. Le résultat est que ces aliments sont souvent riches en sodium, en gras saturés, et des produits chimiques qu’on peut même pas prononcer ou d’en connaître les effet. En outre, le traitement dépourvu toujours la nourriture de ses composants nutritionnels.

 

Le processus n’est pas exclusif aux aliments transformés, même les aliments entiers comme les fruits et légumes ont été traités avec différents engrais chimiques et de pesticides. On ignore toujours l’impact négatif de tous ces additifs sur notre santé, nous savons que l’hormone de croissance et des antibiotiques administrés aux animaux dans finiront dans nos corps. Les recherches scientifiques, ont conduit à ce que ses additifs peuvent provoquer des problèmes de développement chez l’homme ainsi qu’une augmentation de la résistance aux antibiotiques que nous prenons pour lutter contre les infections, ainsi que la propagation des cancers y afférents.

 

L’impact de l’industrie de l’alimentation sur l’environnement est conséquente. Il y a des effets évidents, parmi lesquels de grandes quantités d’énergie et l’utilisation de l’eau pour cultiver la nourriture et de transport. Mais il faut aussi considérer le ruissellement chimique des engrais et des pesticides, qui polluent le sol et les eaux de surface. La bonne chose est la prise de conscience croissante chez les consommateurs, de la nécessité de chercher des alternatives écologiques.

 

Nous sommes devenus tellement dépendants de la production alimentaire industrielle. C’est, en fait, l’origine même du mouvement des aliments biologiques: les gens qui cherchent à se sevrer de leur dépendance à l’égard des aliments transformés. Ce qui a commencé dans les petites opérations, de gestion familiale, cependant, a explosé dans les supermarchés de la chaîne. En fait, parce que la demande accrue pour les aliments biologiques a forcé le mouvement à adopter certaines pratiques.

 

Les normes actuelles «certifié biologique» peuvent différer d’un pays à l’autre, mais les règles générales sont les mêmes. Les aliments biologiques doivent être exempts de pesticides de synthèse, d’herbicides et d’engrais. Les produits ne peuvent être génétiquement modifiés, et les produits d’origine animale ne doivent pas contenir des antibiotiques ou des hormones de croissance.

 

Les consommateurs devraient être rassurés qu’ils ne sont pas en mesure de consommer les produits chimiques potentiellement dangereux, que les animaux qu’ils mangent sont traités avec humanité, et tout en minimisant les impacts négatifs sur l’environnement. Afin de s’assurer que ce que vous achetez est en effet organique, consultez l’étiquette “certifié biologique” sur l’emballage, ou parler aux producteurs au marché de vos agriculteurs locaux pour savoir quelles sont les pratiques qu’ils utilisent.

Comments are Closed

© 2017: French cheese and cheese board | Easy Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress